Comment choisir son chiot


 


Dune de la Confrérie des Ours

Et voilà le début des problèmes : déjà savoir si on veut un mâle ou une femelle ne paraît pas évident

à tout le monde mais en plus, savoir choisir LE chiot qui fera partie de la famille, sans se tromper,

relève pour certains de l'exploit.


Je vais essayer de vous aider en vous donnant quelques pistes qu'il vous suffira de suivre pour

trouver les réponses.


N'oubliez pas de jeter un coup d'œil sur les parents, ils sont quand même à l'origine des qualités

et des défauts que vous retrouverez sur la portée ; si, par exemple, les têtes des parents ne vous

semblent pas larges, n’espérez pas avoir des têtes massives chez les chiots ; de même qu’une

belle ossature n’apparaît pas par hasard. Il faut donc que vous appréciiez les parents avant de

vous pencher sur les bébés.








Dune de la Confrérie des Ours - prop. Michel Tosi



 Mâle ou femelle :

Eh oui, c'est peut-être la première question à se poser !!

Outre le fait que le mâle soit plus imposant que la femelle, son caractère est souvent plus dominant. Mais ça, c'est la théorie : en pratique vous pouvez avoir un mâle au minimum du standard ( 65 cm) plus petit qu'une femelle au maximum (66 cm). Vous pouvez avoir une nana hyper dominante et un jeune homme très docile.......... Chez moi, par exemple, mes filles sont grandes avec une forte ossature, elles pèsent entre 47 et 54 kg alors que Lucky en pèse 57. La forte tête et chef de meute est Millie et quand elle est de mauvais poil, toute la meute file doux, même le gros pacha !!

En règle générale, le mâle est un plus macho que la femelle ; au lieu de s'asseoir près de vous pour réclamer une caresse, il va vous pousser - en promenade, il aura plutôt tendance à vous dépasser même sans tirer sur la laisse mais histoire d'être un pas avant vous - l'éducation sera légèrement plus ferme car il fait de la "surdité aigüe" plus souvent qu'une fille -

Si vous n'avez jamais eu de chien, prenez plutôt une femelle bien équilibrée.

Si vous avez des enfants turbulents, ne choisissez pas un chiot trop joueur : la maison se transformera en champ de bataille.

Si vous êtes laxiste, ne prenez pas un dominant qu'il soit mâle ou femelle.

Si vous avez de jeunes enfants, choisissez plutôt une femelle, un peu plus douce.



 Confirmable ou non confirmable :

C'est la deuxième question rituelle.

Tout dépend de ce que voulez faire de votre adulte et pourquoi vous voulez un bernois :

 

  Si vous voulez un chiot pour la compagnie :

Les expositions et la confirmation ne vous tentent pas et vous aimez le Bernois pour son caractère, vous pouvez alors acheter un chiot non confirmable. C'est-à-dire qu'il aura son certificat de naissance prouvant son inscription au Livre des Origines Française (L.O.F.) mais un défaut esthétique l'empêchera d'obtenir son pedigree. En compensation, son prix de vente sera baissé : vous aurez ainsi pour un moindre coût un chiot né chez un éleveur avec toutes les garanties sur ses origines. Ce qui est tout à fait différent d’une boule de poils achetée en 10 mensualités en animalerie !


Vous pouvez alors choisir un chiot présentant un défaut de couleur (trop ou pas assez de blanc), une queue déviée, un œil bleu ou un défaut de dentition (prognathisme).


Si les parents sont petits, l'éleveur pourra penser qu'un chiot un peu petit dans la portée n'atteindra pas la taille minimum exigée par le standard, dans le doute il pourra le vendre non confirmable.

 

Le chiot non confirmable ne présente que des défauts esthétiques par rapport au standard de la race, il n’est aucunement question d’acheter un chiot malade à moindre frais.

Mais si un éleveur vous vend un chiot non confirmable, c’est qu’il pense que les défauts présents sont incompatibles avec l’amélioration générale du cheptel ; respectez son travail de sélectionneur et de grâce, ne faites pas reproduire votre Bibou.

Un oeil bleu


Beaucoup de blanc à 4 semaines

Le même BB à l'âge adulte

Mauvais marquage

A l'âge adulte, il a quand même une bonne bouille
 

  Si vous voulez un chiot bien dans le standard :

Dans ce cas, vous ne regardez pas les chiots qui présentent les défauts énumérés ci-dessus ( tant qu'à faire !!).

Si vous voulez un chiot standard mais que vous n'avez pas envie de le faire confirmer, le caractère guidera votre choix.

J'en profite pour bien préciser que ce n'est pas parce qu'on achète un chiot confirmable que l'on est obligé de faire des expos.

Si par contre, vous voulez faire quelques tours de rings, il faudra alors que votre choix soit plus précis et si possible que le chiot soit irréprochable au moment du choix.

Ne vous inquiétez pas : c'est hyper fastoche ..... c'est d'ailleurs pour cette raison que les éleveurs ont tous des champions à la maison ........... Si c'était si facile !! Eh, non tout ce qu'on peut faire, c'est imaginer l'adulte que deviendra la petite boule de poil qui gambade joyeusement.

Voici, malgré tout, quelques détails à prendre en compte : 

Le chiot de 1 mois doit déjà vous donner une impression de force.

Ensuite, on rentre dans les "détails" :

Que ce soit pour un mâle ou pour une femelle, il faut privilégier l'ossature si vous voulez un gros gabarit (j'ai bien dit l'ossature pas la lourdeur !) ; si vous hésitez encore entre deux chiots, prenez une patte avant de chacun et comparez. Je préfère toujours un chiot ayant un peu plus d'os même s'il présente un léger défaut de couleur : le Bernois est un chien de travail, ce sont ses pattes qui le font avancer, pas son bout de queue blanc !!!!!

Si vous choisissez un Bernois d'exposition, n'hésitez pas à reporter votre achat pour être 1er sur la liste de la portée suivante.

Si vous voulez faire de la reproduction, privilégiez des parents si possible cotés  et surtout de dysplasie A ou B uniquement.

 

  Si vous voulez un chiot pour le travail : Agility, pistage ou obéissance :

Le fait de choisir votre chiot chez un éleveur vous donnera déjà l'assurance que les parent sont de bonnes morphologies ( puisque vous voyez obligatoirement la mère et les photos du père s'il n'est pas présent).

Vous aurez en plus le résultats de leurs radios des hanches, ce qui est un atout supplémentaire si l'on veut destiner son chiot a des efforts physiques.

Mais même si les parents sont exempts de dysplasie, reportez vous au chapitre dysplasie pour ne pas voir tous vos rêves s'évanouir.

Choisissez un chiot vif et joueur, toujours à l'affût de la mouche qui passe. Il y en a toujours un dans la portée qui joue à saute-mouton sur ses frères et soeurs endormis : c'est celui là qu'il vous faut. Il saura être à votre écoute et aura besoin de dépenser son énergie plus que les autres.

Ne prenez pas un chiot trop lourd pour l'agility : ce n'est de toute façon pas un sport que je conseille pour nos molosses sauf pour se faire plaisir le dimanche. Je pense que les réceptions des obstacles font subir aux ligaments des dommages que le chien paiera un jour ou l'autre !!

Par contre, les autres disciplines sont tout à fait bénéfiques. En Suisse, beaucoup de Bernois travaillent comme "chien sanitaire" avec succès.



 Le caractère du chiot :

Les parents, l'éleveur et les conditions d'élevage vont déterminer le caractère de votre bébé.

Les parents doivent être équilibrés, principalement la maman. Ni agressifs même s'ils sont bons gardiens ni peureux même s'ils sont méfiants vis-à-vis des étrangers. En effet, le Bernois étant un chien de garde dissuasif, il doit garder sa maison mais en aucune manière mordre ou pincer le visiteur. Par contre cette fonction de gardien entraîne une méfiance naturelle envers les étrangers mais qui doit disparaître dès que le maître est là.

L'éleveur doit offrir aux chiots un espace suffisant à l'intérieur et à l'extérieur, leurs donner des stimulations diverses tels que bruits de la maison, télévision, aspirateur......, jouer avec eux et demander à d'autres personnes de venir les voir. La mère ne doit pas être séparée de ses bébés trop tôt car elle leurs apprend le langage canin indispensable à une vie sociale harmonieuse.

Vous comprendrez qu'un chiot élevé dans un garage ou en dehors de toute stimulation aura un handicap affectif qu'il ne pourra jamais combler.

Je classe les bébés en 3 catégories

- les intrépides : premiers sortis de la caisse de mise-bas, premiers à la gamelle, ils viennent directement vers vous car ils ont confiance en eux. Les éleveurs vous en parleront comme des "bulldozers".

- les équilibrés : dans la moyenne pour tout, restent assis à votre arrivée le temps de vous juger puis viennent doucement. En manque continuel de câlins, ils s'endorment sur vos pieds.

- les timides : n'osent pas franchir la moindre marche sans l'aide de maman, restent assis en retrait en cas de bruit inconnu ou de visites. A force de stimulation, ces chiots prennent confiance en eux, restent timides mais ne deviennent pas peureux.

Ne prenez pas un chiot peureux, c'est-à-dire le petit chéri qui fait fondre tout le monde parce que justement il tremble dans son coin en vous regardant de travers. En grandissant, sa peur de l'inconnu le fera devenir agressif.

Voici un test d'évaluation de caractère qui permet non de " prédire" le caractère du chiot mais de s'assurer que son développement émotionnel est correct :