Conseils généraux sur l'éducation
 


travailler toujours dans le calme et pas en vitesse, entre 2 courses ou lorsque la maison est remplie de monde,

ne sautez pas les étapes : n'allez pas dans les champs pour le rappel s'il n'est pas fait dans le jardin, n'apprenez pas le coucher avant le assis, ne progressez pas tant que vous n'êtes pas satisfait des bases,

récompensez toujours pour une bonne action et ayez un visage souriant et heureux : un chien n'a pas besoin d'apprendre à s'asseoir pour vivre, il ne le fait que pour vous faire plaisir : alors montrez lui !!

Les ordres doivent être donnés de façon courte et précise, il faut être convaincu que votre compagnon doit vous obéir ; votre conviction passera dans l'intonation de la voix et votre Bernois saura qu'il a affaire au chef. Avec les phrases du genre : "viens mon Loulou, voir maman, viens t'asseoir !", Loulou comprendra que maman peut toujours attendre !!!

Pour attirer un chiot récalcitrant, rien de tel que se mettre accroupi et l'appeler d'une voix enjouée. Il faut lui donner envie de revenir vers vous - même si l'on est en retard ou qu'il pleut, ....-

Duke et Flower
Duke a beaucoup de mal à faire l'éducation de Flower
prop : Hélène Pailot

Toute l'éducation de mes chiens, du plus docile au plus dominant, s'est faite grâce au

Quand votre chiot  vient quémander des câlins, il ne faut jamais hésiter à le repousser. Ou vous le faites de façon sèche et nette ( c'est frustrant ) ou vous demandez à votre bébé de s'asseoir avant de le câliner. Il doit de toute manière apprendre que ce n'est pas lui qui décide des rapports affectifs. Même un adulte venant réclamer des caresses de façon insistante doit être repoussé.

 
  Ne désespérez pas devant un chiot de 4 mois qui s'oublie dans la maison de temps en temps ou un ado de 9 mois qui ne revient pas au rappel immédiatement. Par contre sévissez sévèrement si, de façon manifeste, il vous nargue. Il faut toujours avoir à l'esprit : quel est l'âge de mon bébé et que peut il faire à cet âge ? Un bernois de 5 mois reste un chiot même s'il fait 30 kilos.

Un Bernois passe sa vie à vous faire plaisir, l'éducation sera donc facilitée par le biais des récompenses et des démonstrations affectives. En cas de rebellion ou de crise d'ado un peu marquée, on peut faire comme les mères : prendre le chiot par le cou et le secouer sèchement en criant fort ou le retourner sur le dos pour le mettre en position de soumission et rester ainsi jusqu'au retour au calme.

Les caresses sur les parties supérieures du corps (tête - nuque -dos) sont signes de dominance. Sur un chiot un peu récalcitrant, amusez vous à lui caresser la tête en lui enveloppant le museau avec les mains. Habituez le à être caressé sur la tête et la nuque. Vous comprenez maintenant pourquoi tant de chiens n'acceptent pas qu'un étranger dans la rue leur caresse la tête ! Pour peu qu'il ait un peu de caractère, votre poilu ne va pas aimer qu'un inconnu se prenne pour son chef.

Si vous possédez déjà un animal plus âgé, laissez lui ses prérogatives et ne donner pas de privilèges au chiot, la mauvaise entente s'installera aussitôt. Laissez plutôt l'ancien se débrouiller et faire l'éducation du jeune.

Si vous avez plusieurs chiens, ne les traiter pas tous de la même manière. Une meute de chiens ou de loups est hiérarchisée donc il y a un chef, un sous-chef, un sous-sous-chef, ....... Le dominant doit être caressé, toiletté ou sorti en promenade le premier. Mes 8 chiens s'entendent à merveille car je respecte leur ordre, Millie ne supporterait pas que je brosse Lady en premier ; elle viendrait me pousser de son museau puis irait "disputer" Lady. En respectant leur hiérarchie, je ne sème pas la zizanie ( pas mal trouvé !)

Toy et Thierry

Dans le même état d'esprit, il ne faut jamais gronder le dominant si un dominé est venu lui chercher des noises. Par exemple, si un chiot mord un chien plus âgé : c'est le petit qui doit être puni afin de lui montrer que l'on ne transgresse pas les " lois" ainsi. C'est assez difficile à appliquer car nous sommes toujours du côté du plus faible mais il faut se faire violence et renvoyer le dominé dans ses pénates.

Petit exemple pour illustrer : un jour Millie ( alors chef de meute ) et Lucky se sont volés dans les plumes ( je n'ai jamais compris pourquoi ). Le lendemain, pareil. Le troisième jour, j'ai attrapé Millie car elle était vraiment violente envers Lucky au point de se retrouver avec une barbe de poils dans la gueule. Et toute la semaine fut ainsi. Alors, je me suis dit " pour que ça continue, tu dois envenimer la situation sans le savoir" ....... et j'avais raison : le lendemain, j'ai attendu la bagarre et j'ai pris Lucky par la peau du coup ......... tout est redevenu comme avant du jour au lendemain. ; cela prouvait bien que je me trompais de coupable et que Millie était déstabilisée par mon erreur.

 Le sens d'un mot s'acquiert par apprentissage, le ton de la voix et la gestuelle vont faire comprendre à votre chien ce que vous attendez de lui. Rappeler son chien en étant en colère ou mettre la main dans la gamelle d'un chien dont on a peur créent une situation de " non-sens".

La période de détachement est capitale pour l'équilibre du futur adulte. Vers 6 mois, la mère va refuser que ses chiots dorment à son contact, les exclure de ses jeux ; elle leur apprend à devenir indépendants. Vous devez absolument faire la même chose en faisant comprendre à votre chiot que certaines choses ne sont plus permises.

Une éducation bien conduite consiste à sanctionner les attitudes indésirables mais surtout à récompenser les bonnes réponses :  si vous passer vootre temps à dire " non" à tout va, Badaboum va être obligé de cherchder par tatonement ou recoupement ce qui vous fait plaisir et ça prendra un temps fous voire rien du tout s'ilo adécidé que le mode d'emploi était trop compliqué !

Alors que si vous insistez en récompensant les bons gestes , ce renforcement positif va lui permettre de comprendre très vite ce que vous souhaitez

REGLE DE BASE A RETENIR
IL FAUT ÊTRE DEMONSTRATIF ET REPETITIF

Si vous voulez trouver un club d'éducation, cliquez ici.

Quel est le caractère de mon chiot ?

Si vous avez bien fait attention lors du choix de votre chiot, vous connaissez à peu près son caractère. Mais il ne tient qu'à vous de le modifier en bien ou en mal. En effet, un chiot est malléable et va adapter son caractère en fonction des données qui lui sont offertes.

Le chien est un animal de meute, il a donc besoin d'un chef : c'est vital pour son équilibre.

Dans la nature, le chef est celui qui prend les décisions, montre le chemin, assure la survie du groupe et fait régner l'ordre de façon juste et autoritaire. On doit lui obéir sous peine de représailles plus ou moins sévères.

Le chien n'étant plus dans une meute de canidés doit trouver son chef parmi sa "meute" humaine ; c'est pourquoi les premiers jours suivants l'arrivée du chiot sont capitaux, celui-ci va savoir d'instinct qui doit être écouté ( par forcément celui qui donne à manger ) et avec qui on peut jouer ( pas toujours celui qu'on croit ! ).

Beaucoup de personnes se rebutent lorsqu'on parle de cette "dominance" que l'on doit exercer sur son chien en nous disant qu'on ne vit pas dans un régime militaire. Je suis désolée de les contredire mais avant, le Bernois et les autres chiens bien sûr, n'avaient qu'une fonction utilitaire : tu travailles = tu manges.

A notre époque, nos compagnons ( dans leur grande majorité) n'ont plus qu'un rôle de compagnie c'est à dire qu'ils ne servent plus qu'à devenir le petit dernier de la famille avec tous les sentiments humains qui vont avec ( anthropomorphisme ).

Or on a tout faux : autant on ne prendra pas notre enfant pour un chien autant l'inverse est vrai, ce n'est pas du tout péjoratif. Un chien, quelqu'il soit, reste un canidé qui a besoin d'un certain cadre de vie pour s'épanouir et ce cadre comprend un chef, tout simplement.

Cette place de chef sera plus ou moins disputée selon que l'on affaire à un chiot dominé ou dominant de nature.

Le chiot dominant

Il essaiera d'en faire à sa tête pour mettre à l'épreuve la force de caractère de son entourage. Il faut alors être patient et montrer le bon code de conduite de façon claire et autoritaire mais jamais brutale. Si les réprimandes sont disproportionnées par rapport à la bêtise ou à l'âge du chiot, celui-ci va perdre sa confiance et éventuellement devenir méfiant ou hargneux . Si le chiot vous montre sa soumission en se plaçant sur le dos ou en baissant la tête, la punition doit être immédiatement arrêtée.

En langage canin, ça donne le dialogue suivant : BB =" ça va, j'ai compris, j'ai été trop loin, je le reconnais" - Maître =" d'accord, j'accepte tes excuses, allez on fait la paix". Mais on ne caresse jamais un chiot qui vient de reconnaître une erreur, s'il se soumet, c'est tout à fait normal et ce n'est donc pas la peine de le récompenser. Il vaut mieux clore le " débat" en vous retournant fièrement. Par contre, vous pouvez jouer avec lui 5 minutes plus tard, tout doit être oublié : le style " je ne t'aime plus parce que tu as creusé un trou ce matin" est incompréhensible en langage canin !!

Avec un Bernois dominant, l'astuce est de se montrer plus têtu que lui :

- il ne veut pas revenir au rappel, eh bien, on ne l'appelle plus à l'extérieur mais dans la journée, à la maison, on le fait venir 50.000 fois en lui donnant à chaque fois un mini bout de et une séance de grattouilles. Comme par hasard, 2 jours plus tard, le rappel est presque immédiat !! Ensuite, ne pas oublier, comme à la maison, le et les bonnes grosses grattouilles. Vous devez absolument faire passer le message : " je suis très heureux de ta présence à mes côtés".

- il tire sur sa laisse : on laisse tomber les grandes promenades, on les remplace par des mini sorties de 5 minutes. On met la laisse, on donne un bout de . On enlève la laisse, le chiot gambade, on le rappelle presque aussitôt , on le rattache en le tenant au pied et en donnant du . Notre gros gourmand va regarder la main et rester au pied naturellement.

Vous aurez, en principe, deux périodes de " rébellion" : vers 8 / 9 mois et vers 14 / 15 mois pour certains mâles. Il faudra alors être ferme et forcer un peu sur l'obéissance pour établir définitivement la hiérarchie.

Lorsque j'ai à faire face à quelques crises existentielles entre mes boubous ( surtout en période de chaleurs pour mes nanas), je prends l'exemple de leur mère quand elles étaient chiots : je les mets sur le dos et me penche sur elles de façon très autoritaire jusqu'à ce qu'elles se calment. Je me retourne alors sans un mot.

 Principaux signes de dominance :

la dominance canineEn règle générale, si vous voyez que votre chiot a tendance à n'en faire qu'à sa tête ; prenez l'habitude de le mettre régulièrement sur le dos.

Lors de jeux, du toilettage ou de séances de grattouilles, retournez le et tenez le fermement jusqu'au relâchement complet des muscles.

C'est une bonne manière, douce et régulière d'avoir toujours le contrôle de l'ascendant sur votre futur mammouth.

Attention, les dominants sont souvent fin psychologues et peuvent adopter des postures

de soumissions pour mieux nous narguer. C'est l'exemple typique du chien qui ne revient

pas au rappel mais se roule par terre en faisant mine de jouer : dans la majorité des cas,

on se met à rire devant ce clown et on va le chercher pour continuer le jeu - il a gagné

puisque c'est vous qui allez le voir !-

Position typique d'une chienne dominante : Passion tendue sur ses
4 pattes au dessus d'Ostine qui tourne la tête pour accepter la situation.

le chiot dominé :

Avec lui, l'éducation sera facilitée par le fait que d'instinct votre bébé ne remettra jamais en question votre autorité. Les bêtises éventuelles seront sanctionnées en douceur uniquement à la voix car il ne faut surtout pas perdre la confiance qu'il a en vous sous peine de le voir devenir craintif.

En principe, un Bernois équilibré et bien élevé ne refait une bêtise que deux fois. S'il continue, c'est que le "NON" n'a pas été assez convaincant ou qu'il fait partie de la catégorie dominant.

Ne laissez pas votre chiot quémander sans arrêt des caresses, repoussez le fermement de temps en temps et occupez vous de lui lorsque vous l'avez décidé. En répondant à chacune de ses demandes, vous obéissez à ses ordres et le rendez dominant.

Le chien dominé va chercher à se frotter contre l'autre, à lui lécher ou mordiller l'encolure.

Petit encart spécial sexualité
 
J'ai parfois des appels de personnes se plaignant du comportement sexuel très
débridé de leur boubou. Monsieur se met à monter sur tout ce qui bouge en
particulier les jambes d'un de ses maîtres ou même se sert des invités pour
assouvir son désir d'accouplement virtuel.
Et très souvent dans la conversation, on se rend compte que Don Juan sait à
peine marcher en laisse, qu'il fait le "assis' quand il en a envie et que c'est même
pas la peine de parler du rappel !
Alors avant de dépenser une fortune en calmant en tout genre ou même en
castration ( qui serait de toute façon inutile), mieux vaut reprendre la laisse,
le collier, 10 minutes par jour et en avant pour des séances d'éducation renforcée.
Et vous verrez que "miraculeusement", plus votre boubou redeviendra un chien obéissant, moins il aura envie de prouver sa dominance.


Combat de boxe chez Laurence

Règles générales sur le comportement

Une bonne communication avec votre poilu passe par une phase d'apprentissage des signaux qu'il veut bien nous transmettre.

Les signaux d'apaisement ont pour objectif essentiel d'éviter ou d'interrompre la peur ou l'agression. A nous de bien décoder certains signaux pour ne pas aller à l'affrontement.

Les rituels vont se façonner par approximation successives, par répétition et associations. Votre Boubou va avoir des attitudes différentes en fonction des ordres donnés et va apprendre à réagir en fonction de votre propre réponse : par exemple, se mettre sur le dos pour déclencher les caresses, avoir une attitude de jeux au lieu de rentrer à la maison. Il va immédiatement mettre à profit vos hésitations ou votre laxisme.

La plupart des signaux d'apaisement sont issus du répertoire comportemental des jeunes consistant à détourner une éventuelle agression d'un adulte.

Par ailleurs, des adultes peuvent développer des stratégies visant à déstabiliser l'agresseur en imitant le chiot, en s'immobilisant au sol et même en prenant une position sexuelle de femelle (dos tourné, tête basse). Quand on parle d'agresseur, on peut effectivement le prendre dans le sens strict du terme en cas de conflit entre deux chiens mais on peut aussi tout simplement parler de "celui qui donne un ordre" ou de "celui qui fait peur".

Le chien peut ainsi utiliser des signaux auditifs : couiner ou imiter les cris aigus des chiots pour un adulte qui se fait charger par un individu agressif permet de faire appel à l'inhibition naturelle qui veut que l'on ne fasse pas de mal à un jeune. C'est ce que pourra faire Boubou si vous voulez le punir en lui courrant après tout en étant en colère.

Ces mécanismes qui bloquent l'agression doivent normalement avoir été mis en place par la mère, par les adultes, par les jeux entre chiots afin de développer l'inhibition de la morsure.

On trouve de mauvaises interprétations de la part des humains, c'est le cas du chien qui a mordu son maître et qui revient le lécher. Il ne revient pas se faire pardonner mais au contraire affirmer sa dominance, le supérieur prenant TOUJOURS l'initiative après avoir remporté la victoire, de revenir vers l'inférieur.

Le léchage de maître (embrassades ou bises) peuvent avoir d'autres significations : tentative d'apaisement ( après punition ou réprimande), signal de soumission, demande de nourriture, signe de respect, inquiétude. Alors ne bisoutez pas votre poilu n'importe comment surtout s'il a des tendances dominantes !

A savoir également que lorsqu'il adopte une posture de soumission après une punition ou une interdiction de la voix, si le maître continue à gronder, la réponse peut devenir agressive par instinct de survie. N'oublions pas que le chien est un as du langage non-verbal.

Deux chiens qui se rencontrent en liberté dans un milieu ouvert peuvent mieux communiquer que s'ils sont retenus chacun en laisse.

Les caresses sur le dessous du corps ( ventre - flancs - poitrail) sont des signes d'apaisement et de complicité. Nos chiens adorent se faire gratouiller sous le cou. C'est de cette manière qu'il faut aborder un chien inconnu croisé dans la rue avec son maître , on lui présente la paume de la main ouverte et on se dirige vers son poitrail ou son épaule : on lui dit " salut, je suis ton copain".

Je l'ai déjà dit mais n'oubliez jamais que notre langage gestuel est bien plus important que notre parler pour nos compagnons. Ne vous étonnez pas s'il est désobéissant alors que vous lui permettez de vous bousculer en passant une porte, alors que vous répondez à toutes ses demandes de câlins ou qu'il ne supporte pas votre main sur sa tête.

Notre communication humaine étant basée sur la parole, nous avons tendance à oublier qu'un chien s'exprime avec tout son corps.

Avez vous vu nos dominants, la queue bien dressée et le corps tendu pour exprimer leur fierté ?. Cela nous pose parfois des problèmes en expo car nos Bernois ne savent pas que le standard n'aime pas la queue en panache !

Les chiens apprennent à vivre avec nous,  décodent nos comportements et savent y répondre, ce qui n'est pas toujours le cas des humains qui ont plus de mal avec le langage canin. Cela peut engendrer des erreurs d'interprétation qui mènent à l'angoisse et à un certain nombre de problèmes relationnels. J'espère que cette page vous aidera à  résoudre quelques situations délicates.