Le colostrum

 

Le colostrum est le premier vaccin que reçoit le chiot.

Il fournit l'énergie et les nutriments sous forme concentrée, il exerce un effet laxatif et favorise l'élimination du méconium enfin il protège contre l'hypothermie.

Son rôle majeur est d'apporter au chiot son premier système de défense immunitaire. Les immunoglobulines présentent dans ce colostrum proviennent de la mère et sont donc spécifiques à son état vaccinal et au microbisme ambiants ( agents pathogènes propres à votre maison). Comme on m'avait si bien appris lors d'un stage à Maison Alfort : il y a la crasse propre : celle qui est chez vous normalement et à laquelle vos chiens sont habitués et la crasse sale, celle qui représente un danger car venant de l'extérieur.

L'immunité se produit car les anticorps peuvent passer la barrière intestinale et se répandre dans l'organisme pendant les premières 24 heures. Il est donc impératif qu'un chiot nouveau né ait accès à la mamelle dans les 24 heures de sa naissance et au mieux dans les 8 heures. Soyez donc vigilant si vous devez passer par une césarienne et que votre véto désire garder la chienne en observation !!

Méfiez vous des colostrum de synthèse : étant rarement issu de colostrum de chienne mais souvent de bovins, ce produit non seulement ne reflétera pas le microbisme ambiant de votre maison mais ne protégera en aucun cas des agents pathogènes spécifiques au chien qui n'ont rien à voir avec ceux de la vache !

Un chiot de la ferme au vieux chene

Colostrum et interférence vaccinale :

Plus que la quantité, c'est la concentration d'anticorps dans le corps du chiot qui conditionnera l'efficacité de la protection. Ce qui explique que si on part du principe que tout les chiots reçoivent la même quantité de colostrum, ce soit les plus gros qui se retrouvent les plus fragiles face aux infections puisque la dilution dans leur corps est plus importante que pour un chiot de petit poids.

Au cours de la croissance, cette concentration va diminuer suite au phénomène de dilution propre à la prise de poids et un phénomène de consommation lorsque le chiot lutte contre des agents pathogènes qu'il peut rencontrer au cours de ses premières semaines de vie.

La protection conférée par le colostrum cesse après 6 à 10 semaines. Des échecs de vaccination peuvent survenir en raison des interférences avec les anticorps d'origine maternelle. En effet, quand le chiot est vacciné, on lui injecte des bactéries qui ont pour but de stimuler les globules blancs et de leur faire produire des anticorps contre ces agents pathogènes qui assureront par la suite la protection de l'adulte. Mais la plupart du temps, les chiots ont reçus des anti corps de leur mère contre ces même maladies. Si bien que lorsque le chiot est vacciné trop tôt , ces anticorps neutraliseront le vaccin.

Dans le pire des cas, les chiot peuvent paradoxalement être atteints des maladies contre lesquelles on souhaite les protéger.

Les protocoles vaccinaux sont établit en connaissance de cause et il en va de l'avenir du chiot de les respecter.

Allez voir l'article sur la vaccination