Les boiteries

 
 

Dans une portée, les chiots ne passent pas des heures à courir après une balle ou à fond les manettes dans le jardin : ils jouent les trois quart du temps allongés à se mordiller les pattes et de temps en temps piquent un sprint puis s'endorment pour 2 heures. Faites de même quand votre bébé arrivera chez vous, ne le forcez surtout pas à vous suivre partout ou à jouer avec vos enfants.

 On ne le répétera jamais assez :
 
LE BERNOIS EST SUISSE ...... IL N'Y A PAS LE FEU AU LAC !!

Un Bernois met 3 ans pour se finir alors ne comptez pas faire de grandes promenades ou de l'agility avant 1 an ou 1 an 1/2.

C'EST FRUSTRANT MAIS INDISPENSABLE.
 

Gardez en tête que les promenades d'un bernois sont de 5 minutes par mois d'âge. Ce que j'appelle "promenades" sont les moments où le chiot marche sans pouvoir se reposer, ne sont pas inclus dans ce temps les moments de jeu seul dans le jardin.

Si par contre, vous voyez passer une Ferrari qui au bout de 20 minutes n'a toujours pas trouvé la pédale de frein, rentrez votre bolide d'office pour un repos forcé. Il chougnera au début mais vous verrez qu'il s'endormira très vite.

En progressant lentement, vous suivrez la croissance osseuse et ne ferez pas subir de dangereuses tensions aux ligaments.

Un autre point délicat et souvent ignoré concerne la façon de porter un chiot : une main sous le ventre derrière les pattes avant et l'autre sous le derrière. Il ne faut jamais soulever un bébé par les pattes avant, d'une part vous lui décoller les épaules et vous lui donnerez une démarche de débardeur à la Schwarzeneger, d'autre part le poids de son corps est bien trop important pour ses ligaments ce qui peut provoquer à la longue des boitillements.

Faites attention également lorsqu'un enfant porte un chiot ; une chute même de faible hauteur peut endommager une articulation.

Malgré toutes ces précautions, nous rencontrons parfois des boiteries des pattes avant qui portent le nom barbare de "Panostéite éosinophile". Il s'agit de boiteries, d'apparition brutale touchant une patte, parfois les deux ; les douleurs ne sont pas constantes, le chiot peut boiter et 2 minutes après faire une course sans anomalie puis revenir sur 3 pattes.

Mon conseil est de procéder comme pour une entorse : c'est-à-dire du repos pendant 3 semaines, promenade en laisse uniquement, plus de sauts ou de jeux dans le jardin. Vous pouvez donner un complément homéopathique comme la Caniplasine à raison de 2 à 3 comprimés par jour. Si au bout de quelques jours, la boiterie reste importante, votre vétérinaire pourra vous conseiller un anti-inflammatoire pour soulager la douleur mais pas trop : il faut que la douleur persiste car elle constitue un signal d'alarme pour le chiot qui s'économisera (s'il n'a plus mal, il refera le fou et imposera à ses articulations des efforts inutiles et dangereux). Si au bout d'une semaine, la boiterie n'a pas diminué, il serait peut être sage de faire une radio.

Mais la plupart du temps, vous verrez cette boiterie disparaître d'elle-même vers l'âge d'un an.

Il faut malgré tout surveiller l'aplomb des pattes car un chiot peut boiter avec des pattes droites. Par contre, si au niveau des poignets, vous voyez une petite déviance vers l'extérieur, vous devrez rajouter, dans sa ration, des oligo-éléments et du calcium ( Pet Phos Spécial Croissance Grande Race ou Oligo-el et calcium P.A. ) et supprimer les sauts et longues promenades jusqu'au retour à la normale. C'est la seule indication de rajout de calcium pendant la croissance (avec une alimentation industrielle). Une amélioration doit être visible au bout de 15 jours.

Un chiot de la ferme au vieux chêne
Voila comment porter un chiot pour ne pas abimer ses articulations

Dossiers associés aux boiteries :