Les ergots

 

 Je vais vous expliquer mon point de vue sur ce problème :

pendant des années, j'ai coupé les ergots de mes chiots. Tout simplement parce que le standard du Bernois en demandait l'ablation et  parce que j'avais vu des chiens ajournés à la confirmation à cause de la présence d'ergots. En tant qu'éleveur, je me devais de respecter le standard de la race et tout mes bébés ont donc été amputés.

Ce n'était pas une partie de plaisir ! Il fallait amener des nouveaux-nés chez le vétérinaire avec les risques d'infection et de refroidissement possible, retourner les chiots et les tenir pendant que le véto opérait, les cramponner encore quelques minutes pour les points de suture et revenir à la maison avec des chiots épuisés et une maman inquiète.

J'avais résolu une partie du problème en coupant moi-même les ergots pendant la tétée. Je mettais un pansement de Coalgan pendant 3 heures et le tour était joué avec moins de pleurs.

La technique avait encore était améliorée quand je décidais de couper les doigts superflus au moment de la naissance : pendant que la maman s'occupait du cordon, je m'occupais des ergots... un peu de gymnastique mais les bébés chougnaient à peine.

Quand on m'a parlé de la campagne de Patrick Rassat contre la coupe des ergots, je me suis dit qu'il était bien gentil ( pardon, Patrick, avec tout le respect que je te dois ! ) mais qu'un doigt inutile devait disparaître, d'une part parce que c'était écrit dans le standard et que d'autre part, ce ou ces doigts ne pouvaient qu'être sources d'ennuis plus tard.

Et puis, je me suis renseignée et rendue compte que la convention de 2004 interdisait cette pratique... ah ! voilà qui change beaucoup de choses !

J'étais, bien sûr, pour cette convention dans la mesure où elle interdisait le martyr de ces pauvres chiots aux oreilles coupées. Pour la coupe de queue, j'étais plus septique car la queue d'un chien de chasse blessée dans les ronces est une vraie catastrophe à soigner. Et j'avais complètement occulté le passage sur la coupe des griffes !

Donc, à ce jour, la coupe des cinquièmes doigts et ergots est interdite par la convention européenne de 2004 sauf motifs médicaux : il n'y a pas à revenir là-dessus. Pour une fois qu'un texte se préoccupe de la souffrance animale, on ne va pas le repousser.

Cette coupe des ergots avait été préconisée par le Dr Heim lui-même, grand défenseur de la race au début du 20ème siècle. Faut-il garder une pratique vieille de 100 ans ? la morphologie du Bernois a bien entendu évolué depuis ce temps... Le standard a été modifié à plusieurs reprises.. Ne serait il pas temps de changer des pratiques d'un autre âge ?

Nous voila en plein drame cornélien : que faire ?

Nous avons d'une part une convention européenne qui nous interdit de couper les ergots et d'autre part un standard suisse à  respecter ... grave dilemne !!

Ma position sur ce problème a évolué avec les années et je pense avant tout qu'il faut faire preuve de tolérance. 6 ans de non coupe des ergots m'ont montré des bernois qui ne s'en portaient pas plus mal, des éleveurs soulagés de ne plus charcuter leurs bébés, des confirmations de boubous avec ergots ne posant pas de problèmes mais j'ai vu aussi des doigts infectés, des ongles incarnés, de grosses masses de chairs pendouillant aux pattes de façon tout à fait inesthétiques et des soins supplémentaires que de nombreux particuliers oublient de faire comme la surveillance régulière ou la coupe des ongles superflus qui ne posent pas par terre et donc ne s'usent pas.

Et bien justement pour moi, la réponse est là : avant nous coupions les ergots sans réfléchir, maintenant quelque soit notre décision, nous pouvons avancer des arguments pour ou contre et donc ne plus agir sans réfléchir. La convention interdit la coupe des ongles ou griffes sauf pour raisons de médecine vétérinaire ou dans l'intéret de l'animal, les éléveurs qui coupent les ergots ne sont donc pas hors la loi puisque leur action est justifiée et ceux qui ne coupent pas se sentent capables d'en assumer également les conséquences.

Cette convention est une grande avancée dans le bien être animal mais il ne faudrait pas en profiter, comme toujours, pour s'amuser à mettre deux clans face à face ! Chacun a le droit de prendre ses propres décisions en son âme et conscience.