La dysplasie des hanches

 

La dysplasie de la hanche est une affection qui découle de la laxité excessive de la tête de fémur dans la cavité articulaire de la hanche.

Les signes cliniques varient d'un chien à l'autre : galop en saut de lapin, boiterie postérieure, difficulté à se lever, démarche chaloupée, musculature postérieure atrophiée ( le chien a des épaules plus larges que ses hanches). Mais le dépistage ne peut se faire que grâce à la radio.

Un conseil : ne faites jamais d'examen radiologique de la dysplasie coxo-fémorale pendant les chaleurs de votre chienne ainsi que 3 semaines avant ou après ; cette période entraîne une laxité ligamentaire naturelle pouvant fausser le résultat.

Les différents stades ( en France) sont - A : exempt - B : presque normal - C : léger - D : moyen - E : sévère.

 
Voici un extrait de la revue "Recueil de Médecine Vétérinaire" sur la croissance du chiot :

"Beaucoup d'éleveurs et propriétaires de grands chiens pensent faussement que pour que leur animal exprime son potentiel maximum, ils doivent l'encourager à manger le plus possible. Il n'en est rien. Un léger rationnement (60 à 80 % des besoins à volonté) permet de ralentir la vitesse de croissance et ainsi d'assurer un meilleur équilibre entre la croissance pondérale et la croissance du squelette. Ce ralentissement de la croissance n'aura aucun retentissement sur la taille adulte mais permettra de minimiser les risques de problèmes orthopédiques."

 
Personne n'est à l'abri d'une dysplasie coxo-fémorale.

 

L'articulation de la hanche est la plus compliquée du squelette et la plus longue à se terminer. Elle a donc toutes les "chances" de souffrir des erreurs faites pendant la croissance.

Tout commence bien avant la naissance par la sélection des parents. Ceux-ci ne doivent avoir qu'un stade de dysplasie A, B ou C ( dans ce dernier cas, le partenaire doit être de préférence A, éventuellement B mais jamais C). Les risques de transmission génétique sont nettement diminués lorsqu'on a 4 générations d'ascendants exempts de dysplasie ( si seulement c'était toujours aussi facile .... malheureusement la génétique est comme une anguille : dès qu'on pense l'avoir en main, elle nous échappe !!)

Pas question de faire reproduire les stades D et E.

Les dérapages alimentaires sont souvent à l'origine de problèmes osseux. C'est pour cette raison qu'il ne faut pas chercher à tout prix à faire grossir son chiot, au contraire un léger rationnement ne sera que bénéfique. Il aura bien le temps dans sa deuxième année de s'arrondir un peu. Voir à la rubrique Alimentation.

Tous les conseils concernant la vitesse de croissance, les jeux, les promenades, évoqués au chapitre boiteries, sont à respecter.

Je ne vais pas faire de cours de génétique mais sachez que ce défaut est à gênes multiples : c'est-à-dire que plusieurs gênes doivent atteindre leur seuil maximum pour que la dysplasie se déclare.

10 à 15 gènes seraient impliqués dans l'apparition de la maladie mais la possession de 7 à 8 d'entre eux serait suffisante pour l'exprimer. Ceci explique que certains chiens soient porteurs de gènes de la dysplasie tout en étant phénotypiquement sains.

Interviennent donc : la base génétique, la vitesse de croissance, la qualité des ligaments, les angulations correctes des pattes, un bon dos, une bonne musculature, l'alimentation, les exercices physiques,..... Vous vous rendez bien compte que personne ne peut vous garantir des chiots indemnes de dysplasie, on ne fait que mettre le maximum de chance de notre côté en espérant qu'avec une sélection rigoureuse les risques se minimisent .

La lecture officielle de radios des hanches ne se fait que pour un animal âgé au minimum de 12 mois. 

Voici ce que doit contenir votre dossier :

Radiographie identifiée par marquage indélébile

Photocopie du pedigree ou du certificat de naissance

photocopie de la carte d'identification

Attestation sur l'honneur du vétérinaire

Autorisation de dépistage de la dysplasie des hanches (formulaire à demander au club de race )

Chèque de 32 € pour les adhérents ( 40 € pour les non-adhérents ) tarifs 3ème trimestre 2010

Si vous désirez reprendre vos radios après lecture, ajoutez à votre chèque la somme de 6 €

Envoyez votre dossier à :

Christine MALHERBE - 18 rue Jeanne d'Arc - 78100 SAINT GERMAIN EN LAYE - 01.39.73.35.93)

résultat officiel d'une lecture de dysplasie

Protocole de dépistage 

L'examen réglementaire de la dysplasie de la hanche comporte une radiuographie en extension obligatoirement faite sous anesthésie.

Le chien est placé en décubitus dorsal. Le bassin doit être allongé et en position rigoureusement symétrique, les membres en extension complète, parallèles entre eux et au grand axe du bassin, les rotules doivent être visibles sur la radio. 

Dans ce but, le chien est placé en extension forcée par traction sur les membres antérieurs et postérieurs . Ces derniers sont l'objet en même temps d'une rotation interne de 15° qui place les rotules dans la position voulue.

L'identification du cliché est faite de manière indélébile par le vétérinaire praticien.

Les mentions obligatoires sont :

- nom du chien - n° d'identification - race - date de naissance - date de l'examen - mention droite et gauche - nom du praticien.

Une attestation sur l'honneur sera délivrée par le vétérinaire certifiant avoir vérifié lui même la lecture du numéro d'identification.

 
Ne pas oublier que pour des raisons informatiques, la SCC ne peut enregistrer les résultats officiels d'un chien non encore confirmé. Vous devez donc communiquer au club, le numéro de LOF complet dès l'obtention du pedigree.

Ne soyez pas pressé pour radiographier votre boubou, l'âge de 18 mois semble plus correct pour avoir une idée très précise de la conformation définitive des hanches.

Ne faites pas passer de radios à une femelle en chaleurs : les changements hormonaux liés à cette période peuvent influer sur l'élasticité des ligaments.

Héva à 4 mois.
Si je me teins en vert, tu crois qu'ils me prendront pour
une grenouille !
Cette position signifie "en principe" que les hanches sont libres.